André Zeitoun dans sa salle au Team Zeitoun. Photo prise par Eva Sakellarides

André Zeitoun : “Le ring est un endroit extraordinaire… Il te dit ta propre vérité…”

Partagez l'article...!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Visvictus :  Bonjour André, peux-tu te présenter ? 

André Zeitoun, entraîneur de boxe thaï. Photo prise au Team Zeitoun, Paris.

André Zeitoun : Je m’appelle André Zeitoun, j’ai 49 ans, j’habite à Paris, j’ai 3 enfants. Je suis instructeur de boxe thaïlandaise depuis 1990. J’ai commencé la boxe thaï en novembre 1980 chez Roger Paschi, un des précurseurs de la boxe thaï en France. Il y avait très peu de clubs en France dans les années 1980. Ensuite, j’ai évolué au Fuji Club de Drancy (93), chez le triple champion d’Europe de l’époque Christian Bahfir, avec lequel je suis resté très longtemps. Avant cela, je faisais déjà un peu de boxe anglaise et de karaté, toujours avec Christian Bahfir.

Visvictus : Ah oui ? A quel âge as-tu commencé à faire du karaté ?

André Zeitoun jeune
André Zeitoun jeune

André Zeitoun : J’ai commencé le karaté en 1977. A côté de cela, j’étais footballeur, je jouais dans une grosse équipe, en équipe première : j’ai commencé à la Courneuve, ensuite je suis passé à la Parisienne, puis au Red Star, et j’ai fini à Aubervilliers. A l’époque, à Aubervilliers, ils jouaient en D2, enfin en ligue 2, tu imagines.

André Zeitoun démonstration de casse
André Zeitoun démonstration de casse

Visvictus : Donc tu as joué au football pendant combien de temps ?

André Zeitoun : J’ai joué au foot jusqu’à l’âge de 15 ans. J’ai joué en équipe première, après il y a des gens qui sont venus voir mes parents. Ils voulaient que je joue dans une « vraie » équipe, enfin, que je fasse un Sports Etudes à Châteauroux. Mon père a refusé…. Parallèlement, je viens d’une famille où mon père a été boxeur, mon grand frère a été boxeur, mes amis de la Courneuve tous des boxeurs : Liazid Belhaoues, Omar Benamar, Jean-Claude Coralie, les frères Antoine et René Desjardins, Boulbaba…. Ce sont tous des mecs qui ont commencé la boxe thaï un peu avant les années 1980, c’est pour te dire. Et puis, j’en oublie d’autres, je ne les ai pas tous en tête… On a commencé tous en même temps la boxe thaï.

André Zeitoun et ses amis
André Zeitoun et ses amis

Visvictus : Et quel a été le déclic ? Pourquoi la boxe thaï, puisque tu touchais à différents sports ? Du football à la boxe thaï….

André Zeitoun nak muay
André Zeitoun nak muay

André Zeitoun : Alors, je suis un amoureux inconditionnel de la boxe anglaise et du rugby, le foot beaucoup moins. Chez Roger Paschi, dans les années 1980, il y avait des cours du matin au soir, des cours libres et des cours dirigés. Il y avait aussi des cambodgiens et des laotiens, des réfugiés politiques, qui venaient s’entraîner entre eux. Là, j’ai commencé avec des boxeurs comme Hour, Xunebane. Xunebane, que j’ai retrouvé il n’y a pas très longtemps. J’ai eu son numéro de téléphone, ça m’a fait trop plaisir, ça faisait plus de 20 ans que je n’avais pas eu des ses nouvelles. Donc que des laotiens et des cambodgiens. Je m’entraînais beaucoup avec eux l’après-midi. Ils m’ont appris le muay thaï traditionnel, genre qu’on fait au Cambodge, au Laos, en Thaïlande, c’est pareil.

Visvictus : Quand s’est faite l’ouverture de ta première salle ?

André Zeitoun et Nicolas Subileau
André Zeitoun et Nicolas Subileau

André Zeitoun : J’ai commencé à donner des cours 2 fois par semaine au Club Daumesnil dans le 12ème arrondissement. J’ai commencé le 4 septembre 1990, et pendant 2 mois il n’y avait personne aux cours. Moi, personnellement en parallèle je m’entraînais, chez mes potes, j’allais dans plein de clubs, chez tous mes amis qui avaient des salles de boxe. Mais j’aimais bien donner des cours… Il n’y avait personne, puis ça a commencé, 1 personne, puis 2, puis 3…. Et à la fin de l’année, je me suis retrouvé avec une soixantaine de personnes inscrites. J’ai été obligé de rajouter un cours supplémentaire le samedi. L’année suivante ça a continué de progresser. Je suis resté dans ce club pendant 15 ans. J’en ai de très très bons souvenirs. J’y ai formé des boxeurs très connus comme Skarbowsky, Farid Ladjouzi vice champion d’Europe, Yves Bizeul vice champion d’Europe, Nicolas Subileau, et puis….plein d’autres dans ce club. Que de beaux souvenirs… Jérôme Le Banner en 1995 avec qui j’ai travaillé pendant 5 ans. On a fait le K1…

Visvictus : Parmi tous les boxeurs quel est celui qui t’a marqué le plus : style, personnalité….? Ceux que tu as rencontrés, ceux que tu as entraînés ?

André Zeitoun et Samat Payakaron
André Zeitoun et Samat Payakaron

André Zeitoun : Alors, il y a 2 boxeurs, l’un thaïlandais et l’autre japonais. Le boxeur thaïlandais Samat Payakaron est pour moi le plus grand boxeur de tous les temps. Il a le charisme, la classe, la technique…il sait tout faire sur un ring. Ca a été une immense star, mais à côté de ça il a été champion du monde de boxe anglaise, mannequin, il faisait de la pub, acteur, chanteur… enfin, le mec il sait tout faire ! Et c’est une immense star en Thaïlande ! C’est vraiment un phénomène, beau gosse et d’une gentillesse extraordinaire… pour moi, c’est Samat Payakaron… Alors, il y a lui, et puis il y a Toshio Fujiwara, le japonais, « l’homme aux 100 KO », qui a été l’unique non-thaïlandais à avoir été champion du Rajadamnoen en Thaïlande, en 1978. Pareil, c’est une légende vivante au Japon. Je l’ai rencontré en 1993 et depuis on est resté amis. Je l’ai ramené en France en 1999, il a fait une série de stages, je me suis entraîné au Japon avec lui plein de fois, il m’a appris des trucs de ouf ! C’est un vrai samouraï et en plus il a un code d’honneur. Il est d’une gentillesse, drôle, plein d’humour. Voilà, les 2 personnes qui m’ont marqué le plus au monde sont ces 2 boxeurs. Après, j’avoue que j’ai un petit pincement au cœur pour Ramon Dekkers qui est décédé il n’y a pas très longtemps… Ca a été le premier européen à avoir boxé des Thaïs dans la même catégorie, les avoir battus et avoir été une star en Thaïlande bien qu’il ne soit pas thaïlandais. Je l’ai très bien connu personnellement car il venait aussi s’entraîner au club de Daumesnil …Voilà… enfin, lui, il a fait kiffé tout le monde.

André Zeitoun et Toshio Fujiwara
André Zeitoun et Toshio Fujiwara

Visvictus : Donc, et parmi les jeunes boxeurs actuels ?

André Zeitoun : Il y a des boxeurs connus et puis il y a ceux qui montent. Alors ceux que j’aime bien… Djibril Ehouo, j’aime beaucoup son style. Je l’appelle maître Yip Man, il sait tout faire, et en plus il est super beau à voir et à 80 kg, il boxe comme un 60kg. Il y a Samy Sana, que j’adore, il est comme mon petit frère et c’est un guerrier. Euh… il y a qui d’autre… en France, il y a plein de boxeurs que j’adore… Bogossa j’aime beaucoup, c’est un bon petit boxeur. Ayoub El Khaidar, de Bordeaux, il vient de perdre, mais c’est un très bon boxeur, très vaillant, il est dur au mal et il a une très belle technique. Après, il y a plein d’autres boxeurs… ! Ah oui, Wendy Annonay, il a un beau style, un style thaïlandais. J’aime beaucoup Karim Bezzouh, il sait tout faire sur un ring, il a beaucoup de classe… Voilà, il y en a tellement, mais moi, j’aime tous les boxeurs. C’est vrai qu’il y en a qui me parle plus…

Visvictus : Concernant des faits d’actualité que l’on retrouve sur Facebook ou ailleurs, à propos des fédérations : l’âge de certains combattants, des combats annulés à la dernière minute… Enfin, c’est ce qu’on lit, mais je ne sais pas ce qu’il en est réellement. Quel est ton avis sur le sujet ?

André Zeitoun : En France, il y a 2 fédérations. La FMDA existe depuis longtemps, elle s’occupe uniquement du Muay Thaï. De l’autre côté tu as la FFSCDA, qui est une fédération de sports de contacts, avec tous les styles d’arts martiaux, de sports de combats de compétition représentés : cela va du Muay Thaï jusqu’au Kick Boxing, K1, bref…. Le seul souci avec la FFSCDA, c’est qu’ils ont oublié la boxe thaï, ils nous ont lâché un peu. Il n’y a pas grand-chose pour la boxe thaï, ils se sont radicalement concentrés sur les autres disciplines. Aussi, énormément de clubs ont lâché cette fédération. Moi-même qui suis affilié à cette fédération, à partir de la rentrée prochaine, j’arrête. D’abord parce que c’est très cher, et ensuite parce qu’il ne se passe rien : ils ont encore annulé la Coupe de France qui devait avoir lieu en octobre/novembre 2013, elle a été repoussée jusqu’au mois d’avril 2014, pour en finalité être encore repoussée sur la rentrée…. Bon, là, je ne vois pas l’intérêt ! Alors après, ils nous donnent des excuses du style « comme ça vos boxeurs seront prêts… ». Finalement, cette fédération ne m’apporte rien, pourtant il y a des gens qui travaillent dans cette fédération que j’aime beaucoup. Il y a même le président de cette fédération, Anthony Elkaim, qui a été mon élève pendant de très longues années. Et à côté de ça, les gens de cette fédération font des choses sympas : ils s’occupent du BMF1, BMF2, BMF3. Le BP, c’est bien pour les jeunes. Ils ont le soutien et le support de l’Etat, ils ont des subventions, donc ils font de belles choses. Mais d’un autre côté, la boxe thaï est pratiquement inexistante. Il y a trop de politique au sein de la boxe thaï, et moi la politique ça ne me regarde pas. Après, il y a la FMDA, où les gens sont passionnés de boxe thaï. J’en connais les trois-quarts. Le seul souci, c’est qu’ils s’occupent et ciblent surtout les jeunes sans proposer quelque chose pour l’Elite. Il n’y a que depuis quelques temps que l’on voit des affiches sous l’égide de la FMDA parce que les gens sont soulés de la FFSCDA.

Visvictus : Que penses-tu des récents changements effectués dans les règlements concernant les différentes classes, quant au port de protections, casques, etc… pendant les rencontres ?

André Zeitoun en train d'enseigner
André Zeitoun en train d’enseigner

André Zeitoun : Bah écoute, moi je le dis toujours : on peut aimer certains sports et puis d’autres non. Mais moi, même si je n’aime pas un sport, je ne vais pas en changer les règles. Le problème, c’est qu’en France, on aime la boxe thaï et on en a changé les règles : ce n’est plus de la boxe thaï, c’est devenu…. Enfin, moi, je préfère qu’il y ait moins de licenciés et que l’on reste concentré sur l’aspect originel du Muay Thaï ! Donc, je préfère avoir moins de licenciés, mais que ce soit des gens qui aiment véritablement ce sport, cet art! Alors, le port du casque, des protections, tout ça, ça me casse les couilles, je te le dis tout de suite. Je déteste, je ne vois pas l’intérêt… C’est comme jouer à la guitare avec un gant de boxe, tu ne touches pas les cordes… En revanche, avec Jo Prestia, il y a une fédération qui est en train de se mettre en place, qui s’appelle l’AFMT. On va revenir un peu à la boxe thaï qu’on faisait dans les années 1980-90. C’est le même règlement que l’ancienne FFBT, Fédération Française de Boxe Thaï, où avant 18 ans tu as des protections, après 18 ans, c’est bon ! Tu montes sur le ring, sans rien, sans protection, mais en même temps, personne ne te force à monter sur le ring. La boxe n’est pas réservée qu’à des compétiteurs, c’est ouvert à tout le monde. En revanche, si tu veux faire de la compétition, c’est un autre monde, le travail est différent ! Pour moi, il n’y a pas de différence entre amateur et professionnel, que tu exerces la boxe thaï en classe C, B, A… Bon, ils ont même rajouté une classe D ! Tu peux ajouter une classe F, W, X, Z… je n’en vois pas l’intérêt… C’était bien 3 classes à l’époque. La classe C, c’était 3 rounds de 2 minutes, c’était bien, ça te donnait comme un bagage. Ensuite, tu avais la classe B, en 5 rounds de 2 minutes, tu t’approches de l’Elite, donc tu es un boxeur confirmé déjà, avec un certain nombre de combats. Puis tu as la classe A, c’est l’Elite avec 5 fois 3 minutes. Tu vois, c’est très bien, il n’y a pas besoin de mettre 50 classes ! Et puis, je le répète encore, j’insiste là-dessus, tu n’es pas obligé de faire de la boxe thaï. Si tu aimes la boxe thaï, viens, mais n’en change pas les règles ! La tauromachie, il y a des gens qui détestent parce que l’on tue des taureaux et d’autres adorent… Mais jusqu’à aujourd’hui, elle existe toujours, et on n’en a pas changé les règles…

André Zeitoun
André zeitoun

Visvictus : En termes de promotion de la boxe thaï, si on la compare à la boxe anglaise, ne trouves-tu pas dommage que l’on ne voit pas davantage de choses à la télé sur ce sport ?

André Zeitoun : Il y a quand même une chaîne qui s’appelle Kombat Sport, pour laquelle je travaille. Quand même, ils nous montrent un paquet de combats, de galas de boxe thaï à travers la France et l’Europe, et dans des contrées, où on ne soupçonnait même pas la pratique de la boxe thaï : en Ouzbékistan… Il y a des compétitions un peu partout : le Yokkao, le Kunlun, le World Max… Toutes les compétitions de boxe thaï sont retransmises sur cette chaîne, c’est vachement bien.

Visvictus : Oui, mais je pensais à certains combats dans les années 1980, qui étaient retransmis à des heures de grande écoute.

André Zeitoun : Ah oui, alors en effet, j’ai connu dans le début des années 1990 une émission sur TF1, qui s’appelait Minuit Sport ou Formule Sport, où ils montraient des combats de boxe thaï en France qui étaient magnifiques. Ça pouvait se passer à Meaux, à Carpentier ou à Japy. C’était le présentateur de son prénom Rustik, j’ai oublié son nom. Ensuite il y a eu la Cinq, avec des retransmissions de beaux galas à Japy notamment Krongsak vs Kaman, ça c’était en 1989. Et enfin Canal+, à travers Samy Kebchi. Là, ils nous ont concocté des galas extraordinaires, en faisant venir les plus grands boxeurs thaïlandais, européens et mondiaux : Samat Payakaron, en passant par Somsong, les français Nikiéma, Kamel Jemel et d’autres…. Des poids lourds, des poids légers… Ils ont fait venir tout le monde ! Essentiellement à Levallois et puis à Coubertin. Aujourd’hui, tu as une chaîne comme Kombat Sport qui passe des combats d’un peu partout. Bien sûr, il faut être abonné, mais c’est peu cher. Après, il y a YouTube… On commence à parler de plus en plus du Muay Thaï. D’ailleurs, il y a de plus en plus de pratiquants et pratiquantes.

Visvictus : Justement, tu nous as donné des noms de boxeurs, et les boxeuses ?

André Zeitoun : Alors, il y avait une boxeuse, mais je ne vais pas trop parler d’elle car j’ai oublié son nom… Et malheureusement, elle est décédée. C’était une élève de Claude Forest. Elle a été championne de France et championne d’Europe. C’était la première française à être championne d’Europe de Muay Thaï. C’était une boxeuse extraordinaire. Qu’elle repose en paix. J’ai oublié son nom, c’est vraiment dommage car on avait passé notre BE1 en 1993 ensemble. Alors aujourd’hui, il y a de très bonnes boxeuse, je n’ai pas tous les noms en tête. En France, en Angleterre, en Hollande, aux Etats Unis et en Thaïlande, et maintenant il ya des compétitions pour les femmes. Justement, avec la nouvelle fédération qui commence à se mettre en place, l’AFMT, il y aura un championnat féminin à partir de la saison prochaine 2014-15.

Visvictus : Pour en revenir aux questions d’actualité, concernant le Wicked One Tournament. Il y a eu des annulations de combats de dernière minute…

André Zeitoun : Alors, première chose, je le clame haut et fort, je suis fan du WOT. Je les ai tous vu, j’adore le concept, les organisateurs, le travail qui a été fait autour. C’est du Muay Thaï spectacle et du beau Muay Thaï spectacle : les organisateurs essaient d’opposer des boxeurs qui montent, à des boxeurs qui sont déjà confirmés. Par exemple, Samy Sana a démarré là-bas. Grâce au WOT, il est connu et il boxe maintenant partout dans le monde. Je trouve ce concept extraordinaire. Il y a un finaliste pour une catégorie bien précise : ils ont fait les moins de 67kg, les moins de 70kg, les moins de 81kg… C’est super bien organisé, il y a du monde. A chaque fois que c’était à Japy, c’était blindé. Après, la politique de la fédération vis-à-vis des gens, qui boxe et qui ne boxe pas… Pour moi, on ne peut pas généraliser, au-delà de l’aspect lié à l’âge, on devrait prendre les boxeurs au cas par cas. Il y a des gens qui boxent depuis très longtemps et qui ont une vie saine, ne fument pas, ne boivent pas, s’entraînent régulièrement et vont régulièrement faire des visites médicales, des tests d’effort… Bref, si la personne est en bonne santé, il n’y a pas de raison ! Si le boxeur a réalisé tous les examens nécessaires et qu’il est jugé apte à boxer malgré son âge, il n’y a pas de raisons de ne pas le faire boxer ! Maintenant, il y a un mec qui arrive comme ça, il ne boxe pas beaucoup, il n’a pas une vie super saine, il a pris trop de coups dans la gueule, il a 38 ans, il veut faire un retour : là, OK, il faut faire attention. Mais, on ne devrait pas mettre une date limite d’âge. Alors bien sûr, arrivé à un certain âge, il faut arrêter de déconner, mais si la personne est saine et entraînée, pourquoi pas. Néanmoins, il ne faut pas se foutre de la gueule d’un boxeur. Le boxeur est une personne fragile qui donne énormément de son temps, de son physique, de son énergie et de son psychique. C’est un investissement total pour la boxe : on ne peut pas lui dire oui, et puis 1h avant le combat lui dire non et l’empêcher de combattre. Il en va de la santé physique et morale du boxeur. Il faut donc examiner chaque personne qui dépasse la limite d’âge au cas par cas, sans généraliser.

Visvictus : L’avenir de la boxe thaï au Team Zeitoun ? Déjà, tu as rajouté 2 nouveaux créneaux, le mardi et le jeudi après-midi pour le sparring, avec possibilités pour des boxeurs d’autres clubs de venir échanger.

Séance de sparring au Team Zeitoun, corps à corps. Photo prise par Eva Sakellarides
Séance de sparring au Team Zeitoun, corps à corps. Photo prise par Eva Sakellarides

André Zeitoun : Alors, le mardi et le jeudi de 16h45 à 17h45, ce sont des créneaux réservés au sparring uniquement, avec des élèves que je choisis. Ensuite, il y a des compétiteurs d’autres clubs qui viennent tourner avec nous et c’est génial, en plus, dans la bonne humeur, la joie et le travail mine de rien. Et puis, ça fait progresser mes élèves et les boxeurs des autres clubs. De toute façon, on évolue ensemble. Ce sont 2 créneaux que j’ai rajouté, mais pour le reste ça demeure inchangé, il y autant de cours qu’avant. Il devenait nécessaire de rajouter des cours, car il y a vraiment beaucoup de monde à la salle.

Visvictus : Alors, une question qui concerne les aspects nutrition et diététique : quel intérêt de l’alimentation pour le boxeur ?

André Zeitoun : Moi, je suis un partisan de ça. Cela fait extrêmement longtemps que ça existe dans les pays anglophones. Aux Etats Unis, cela fait longtemps que la diététique va avec le sportif. D’ailleurs, dans les années 1980, j’avais lu un livre extraordinaire, ne me demande plus qui l’a écrit, mais je crois que ça s’appelait « On est ce qu’on mange » ou « On devient ce qu’on mange ». Donc la nutrition, fait partie intégrante de la préparation d’un compétiteur de haut niveau. Déjà, un compétiteur qui commence à avoir un niveau pas mal, un niveau conséquent, devrait faire attention à son alimentation. C’est très important. Un compétiteur de haut niveau, quelque soit son sport, boxe thaï, foot… il faut qu’il ait une bonne nutrition. Donc il faut qu’il soit suivi au niveau de l’alimentation, parce que c’est fondamental. L’un ne va pas sans l’autre. Moi, je suis à fond d’accord, toi-même tu sais puisque tu t’es occupée d’élèves d’ici.

Visvictus : Le mot de la fin, alors le Team Zeitoun, jusqu’à quand ? Qu’est-ce qui te motive, qui te donne envie de poursuivre et d’enseigner ?

André montrant une technique en cours. Photo prise par Eva Sakellarides au Team Zeitoun
André montrant une technique en cours. Photo prise par Eva Sakellarides au Team Zeitoun

André Zeitoun : La passion d’enseigner, d’échanger, de partager, de rencontrer des gens de tous horizons et de toutes cultures dans la salle. Moi, ça me permet d’évoluer et de m’améliorer, techniquement et intellectuellement. Et puis aussi, le fait de voir grandir des élèves. Ils arrivent, ils sont arythmiques, ils n’ont aucun sens du corps, rien du tout. Alors les voir évoluer techniquement au fil des mois qui passent, je me rends compte que ça leur fait un bien fou. Voir des élèves qui arrivent et ne savent même pas ce qu’ils font, pour finir par être champions…

André Zeitoun tenant les paos
André Zeitoun tenant les paos

Voilà, c’est extraordinaire. Voir quelqu’un qui évolue dans la boxe ça me fait toujours plaisir. Et honnêtement, j’adore former des compétiteurs ! Mais pas que ça… tu sais très bien que j’ai énormément d’élèves qui ne sont pas compétiteurs, même 90% qui ne le sont pas et qui restent toujours fidèles au club.

Visvictus : Tout de même, tu aimes bien l’ambiance du ring et être sur la route…

André Zeitoun dans le coin du ring
André Zeitoun dans le coin du ring

André Zeitoun : Bon, moi, je le dis toujours. A part lorsque je suis avec mes enfants, l’endroit le plus beau au monde c’est quand je suis dans le coin du ring. C’est l’endroit où je me sens le mieux au monde. Et puis c’est une véritable passion de faire boxer un élève… Avec tout ce qu’il y a avant, tout ce qu’il y a pendant le combat et puis tout ce qu’il y a après… Quand il y a la victoire, quand il y a la défaite… Et puis se remettre en question, se rendre compte qu’on avait eu raison ou qu’on avait eu tort… Rien n’est jamais acquis dans la boxe, c’est ça qui est extraordinaire tu vois. Donc c’est un travail au quotidien. Former des gars, les voir monter sur le ring, gagner, les voir se transformer à la salle et aussi dans leur vie de tous les jours, physiquement, moralement. Ils commencent à prendre de l’ampleur, à être reconnus. Ils changent, en bien. Le ring, c’est l’endroit le plus…. (silence) le plus horrible qu’il peut y avoir sur la Terre et le plus beau en même temps, parce que c’est le reflet type de la personnalité d’un boxeur. Moi, quand je vois un mec boxer, je peux à peu près savoir ce qu’il est au bout d’un round. Je peux savoir ce qu’il est au travers de sa manière de boxer. Et puis le ring, c’est l’endroit qui te dit ta propre vérité. Il n’y a pas de mensonges sur le ring : il y en a un qui a tort et l’autre qui a raison. Celui qui est debout a gagné, et celui qui est au sol a perdu. Mais, il te dit aussi où tu en es, au niveau de ton entraînement, de ton courage, de ton abnégation, de ta passion, de ta détermination… Et puis, il te dit également où tu en es de ton niveau. Le ring, ça rigole pas. Et je le dis toujours, celui qui triche à la salle, il est puni sur le ring.

André Zeitoun dans le coin du ring
André Zeitoun dans le coin du ring

 

Pour joindre André Zeitoun :

http://www.teamzeitoun.fr/

https://www.facebook.com/pages/Andr%C3%A9-Zeitoun/52193847920

https://www.facebook.com/andre.zeitoun?fref=ts

Pour en savoir plus sur André Zeitoun :

http://www.priceminister.com/s/andr%E9+zeitoun

http://www.amazon.fr/Andr%C3%A9-Zeitoun/e/B004MT4MOU