couverture VITAL n°13

Les édulcorants : une aide pour contrôler son poids? (par Estelle PEYEN / VISVICTUS pour VITAL n°13, mai-juin 2015)

Partagez l'article...!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

La consommation d’édulcorants de synthèse n’est pas sans incidence sur notre métabolisme, bien que présentés par les industriels comme des substituts au sucre “bons pour la ligne”. Au prétexte qu’ils sont acaloriques comme l’aspartame (E951) ou le sucralose (E955), beaucoup de consommateurs(trices) pensent pouvoir en consommer à volonté, sans aucun risque pour le poids et leur santé. Pourtant, des études révèlent par exemple que 30 minutes après ingestion d’aspartame, la sécrétion d’insuline est aussi élevée qu’avec une consommation de sucre. Le sucralose affecterait également la réponse insulinique (Diabetes Care, 2014), ne serait pas un composé biologiquement inerte (Journal of Toxicology and Environmental Health, 2013), altère la flore intestinale et est malgré tout métabolisé dans le tube digestif. Enfin, cuisiner au sucralose à haute température, génère des chloropropanols, potentiellement toxiques et avec des effets mutagènes….

Télécharger (PDF, 474KB)