World Kick boxing Evolution medaillon

WKE: “Un médaillon en or d’une valeur de 17000 euros pour le vainqueur d’un championnat du monde”

Partagez l'article...!Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest

Teaser World Kick-boxing Evolution (WKE)

Visvictus : Bonjour Jean Yves ! Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Jean Yves DavidsonJean-Yves Davidson : Bonjour, je suis Jean-Yves Davidson. Je suis représentant de la World Kick-Boxing Evolution (WKE). D’un point de vue sportif j’ai un parcours en boxe anglaise, en boxe thaïlandaise et en Kick-Boxing en tant qu’athlète et tant qu’entraineur. L’objectif pour moi aujourd’hui est de mettre en valeur les sports pieds-poings, l’idée est de mettre en avant les boxeurs en proposant aux vainqueurs quelque chose d’original.

Visvictus : Avant d’aller plus loin, peux-tu nous parler de ton parcours d’entraineur ?

Jean-Yves Davidson : Je me suis occupé pendant trois ans du boxeur Hichem Chaibi, Cornubet Mickael. Essentiellement des champions dans le domaine de Muay-thai et du K1, bien que je me sois occupé pendant 7 ans de Redouane Assloum et de Brahim Assloum en boxe anglaise. En MMA je me suis occupé de Florent Betorangal qui est toujours actif. Bon je suis dans toutes les disciplines.

Visvictus : Comment t’es venu l’idée de lancer  ton organisation WKE ?

Jean-Yves Davidson : Je suis parti de la conclusion que les Fédérations n’assuraient plus correctement la promotion des sports de combats. J’estime qu’aujourd’hui on ne donne pas la chance à tout le monde. On ne valorise pas certains boxeurs en France qui le méritent, pour prétendre à autre chose qu’un championnat de France classe A qui en réalité est un championnat amateur. Il y a un manque d’organisation dans certains territoires également, comme dans les DOM-TOM. Il a fallu faire un travail de fond dans ces régions. Revenir avec de vrais champions et proposer des titres face à des gens qui ont le niveau. En France il y a pleins de boxeurs qui ont le niveau mais on ne leur propose rien.

Visvictus : Quand est-ce que la WKE est née ?

Jean-Yves Davidson : Depuis 10 ans dans ma tête. Dans les faits depuis 2008. Entre 2011 et 2013 nous avons organisé une quinzaine de championnats en K1 en Muay-Thai.

Visvictus : Parle-nous du trophée !

wke

Wke
Wke

Jean-Yves Davidson : Le concept est d’offrir un médaillon en or d’une valeur de 17000 euros pour le vainqueur d’un championnat du monde. C’est un médaillon de 17 cm de diamètre, Entièrement fait main par un bijoutier connu dans le monde artistique qui se nomme YOUCUSTOM. Ce qui fait que chaque pièce est un bijou unique. Ce ne sont pas des pièces d’usine. Il est original, en relief. Tous les ans nous changeons de design. Je ne sais pas si les gens sont au courant mais une ceinture mondiale en fabrication ça vaut 50 à 100 euros. C’est revendu 300 euros. Ça n’a aucune valeur autre que de la laisser dans sa valise. Je ne revendique pas d’avoir de meilleurs champions mais ce qui est sûr, c’est que le trophée offert au vainqueur à une vraie valeur. On peut le porter, le mètre dans une vitrine ou le transmettre.

WKE medaille Guyana Fight

Visvictus : Où as-tu organisé les championnats ? On ne te connaît pas encore dans l’hexagone.

Jean-Yves Davidson : Oui. J’ai organisé dans les terres où c’était très difficile pour les boxeurs. Où les boxeurs avaient le moins de chance de percer. Au Brésil, en Guyane, en Martinique, en Guadeloupe, à Saint Martin, au Surinam, à Porto-Rico. Cette année en Argentine. Des pays et des régions délaissés d’un point de vue boxe pieds-poings. Cette année nous arrivons en Europe. En France, en Hollande et en Grèce avec de nouveaux partenaires. C’est WKE Europe qui est né cette année 2015.

Visvictus : Tu es très présent au Antilles, françaises et hollandaises ?

Brendan Bruno
Brendan Bruno
WKE
WKE

Jean-Yves Davidson : Il faut savoir qu’aux Antilles il y a un vrai potentiel. En Guadeloupe il y a des gens qui viennent de Saint-Domingue, d’Haïti, de la Dominique… Des gens qui ont vraiment faim, qui sont motivés. A qui on n’a jamais donné de chance, ou très peu. Je me suis rendu sur place, j’ai vu les boxeurs, j’ai vu le potentiel. En Martinique j’ai organisé 4 Championnats en une soirée. Il y avait des Français, des Brésiliens des boxeurs  du Surinam… J’ai souhaité d’abord revaloriser la boxe-thaï là-bas, car il y a beaucoup de clubs, mais on ne leur propose rien. Dans l’hexagone on ne les considère pas. Quand ils font le championnat de France ils payent eux même leur billets, ils se déplacent pour 24h. Il faut savoir que quand le championnat commence dans l’hexagone en Février ou Décembre pour quelqu’un qui vient des tropiques il fait froid. Il faut descendre de l’avion et boxer tout de suite derrière. Ce ne sont pas les meilleures conditions. Il fallait organiser quelque chose.

“On ne peut pas demander à quelqu’un d’être champion en descendant de l’avion s’acclimater et boxer le jour même où le lendemain”

Donc j’ai organisé les championnats chez eux pour voir leur potentiel à plein régime. Et franchement il y a du niveau. En championnat du monde Muay-Thai nous avons opposé entre autre Brendan Bruno champion WPKN guadeloupéen d’origine Dominicaine à Rémy Vectol qui fut sacré champion WKE Muay-Thai en Guyane, devenu par la suite champion WBC, WPMF et fer de lance en Amérique du sud en Muay-Thai. Egalement, Mickael Cornubet face à Brendan Bruno en K1 cette fois-ci. Brendon fut sacré champion WKE K1. Brian Denis champion intercontinental de Boxe-Thai fut sacré Champion WKE K1 également, Mickael Lallemand

Teaser Guiana Fight

Brian Denis Champion WKE K1
Brian Denis Champion WKE K1
WKE
WKE
Brendan Bruno vs Mickael Cornubet
Brendan Bruno vs Mickael Cornubet

Visvictus : Donc cette année tu organises en France, c’est une bonne nouvelle. Quelles ont été les réactions des instances dirigeantes de la boxe pieds poings chez nous. As-tu trouvé le soutien que tu souhaites ?

Jean-Yves Davidson : Je me suis à l’époque adressé à la FMDA, qui semblait surpris du projet. Nous ne sommes pas tombés d’accord. C’était une fédération qui faisait plutôt de la survie (plus d’agrément ministériel…). On ne peut pas offrir un bijou comme ça…Il faut une fédération qui tourne à plein régime. Là, je travaille en partenariat avec la Fédération de Body-Fighting adhérente de la FFCO (Fédération Française des Clubs Omnisports) qui a reçu la délégation de pouvoirs et l’agrément du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Ils ont l’agrément pour organiser en pieds-poings. Ils sont à Montpellier, ils travaillent dans toute l’Europe. Ils ont leurs juges-arbitres, ils ont une équipe de France, Ils ont un réseau d’organisation, j’en ai un aussi, on mélange nos fichiers et on travaille comme ça. Ils sont très efficaces.

Visvictus : Un conseil pour un boxeur qui souhaite percer ?

Jean-Yves Davidson : Les rêves sont faits pour être atteints. Il faut croire en ce que l’on ait.  Je vois des boxeurs qui sont 5, 6 fois champions de France. Ce qui n’est pas normal et qui caractérise le manque de sérieux des instances dirigeantes qui ne leur proposent rien d’autre. Tu peux être 1 fois voir 2 fois champion de France et après tu passes au stade au-dessus. Il faut vraiment plus de sérieux. J’ai vu des boxeurs de haut niveau en France prendre des primes de 400 euros avec des ceintures qui en fabrication valent 100euros ! Ceux qui pensent avoir le niveau doivent se battre. Rencontrer d’autres personnes que ceux des fédérations nationales qui se font un business sur le dos des boxeurs. Avec l’air d’Internet on peut plus facilement communiquer, rencontrer.

Visvictus : Un conseil pour quelqu’un qui souhaite organiser ?

Jean-Yves Davidson : Très dur. Il faut un réseau mais internet permet d’accélérer les choses. Il faut comprendre comment cela fonctionne. Ne pas le faire par appât du gain mais le faire par passion. Car c’est avec la passion que l’on gagne de l’argent. Trouver des sponsors ce n’est pas difficile. Il y a tout un système à mettre en place, mais quand on l’a comprit c’est facile de récupérer de l’argent par rapport aux sponsors. Ça ne leur coûte rien, c’est de l’argent destiné aux impôts qu’ils vous reversent… Après il suffit de monter 4, 5, 6 sociétés et on arrive à trouver des budgets, c’est ce que font tous les autres. Le problème aujourd’hui c’est que certains vont recevoir 45000 Euros et organiser avec 15000 Euros. Ils se sont fait 30000 euros dans la poche. Ils font un championnat du monde avec 500 Euros de prime. Et donc ils font avec les bouts de ficèles, du bricolage. Il faut rester vrai il ne faut pas tricher avec les boxeurs. Mais tant qu’il n’y aura pas une masse de personnes qui organisent, il y aura toujours des gens qui tirent sur l’ambulance car ils sont tout seuls. Ils n’ont pas de concurrence. Et les Fédérations participent à ça aussi.

Visvictus : Tu me reçois aujourd’hui dans une belle salle de boxe !

Jean-Yves Davidson : Oui nous sommes Noble Art Club. J’ai toujours souhaité ouvrir une salle de boxe. J’ai créé une salle à mon image. Conviviale, où les gens se sentent bien. Ce n’est pas immense, j’ai la passion de l’enseignement. Les personnes que j’accueille ici ne sont pas forcement des boxeurs, mais ils souhaitent se sentir bien. Donc j’ai mis en place des cours particuliers au sein du club.

Noble Art Club
Noble Art Club

Visvictus : Un dernier mot ?

Jean-Yves Davidson : Vous entenderez parler de la WKE. Surveillez internet! Bonne journée.

challenge ACS Multiboxes le 14/03/2015 à Gravellines. Avec 3 médaillons WKE
challenge ACS Multiboxes le 14/03/2015 à Gravellines. Avec 3 médaillons WKE

World Kick Boxing Evolution (WKE)

Noble Art Club

Noble Art Club application Iphone